Phantasmagoria, le village fantôme
RPG Survival Horror Fantastique
Interdit aux moins de 16 ans

Je vous souhaite de ne jamais rien voir et de ne jamais me croire, alors. Parce qu'il ne sera plus temps de me croire quand il sera trop tard.

▬ Sue Maryia


Discorde ♦ Arrivante & Prostituée Réputée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 
27.11.16 9:30
      
avatar
Discorde Skyrós — Ignorance & bêtise


« Do you wanna play rought?  I love so that. I'm so a good girl and I just want to be hurt. »

( :   • : • : ) :   ( : ◊ Résidence  :: : au 402, Maniacal Desirae.
◊ Points cumulés :: : 37
◊ P.d.S  :: : 0 ) :   ( :   EXP  :: :
0 / 500 / 50
Destin  :: :
0 / 50 / 5
Savoir :: :
0 / 1500 / 150
) :   ( :   ) :  
Discorde Skyrós


Informations sur Discorde Skyrós
Femme • 1m52 • 50KG • Autre...
peurs : solitude, humiliation • Luxure
13 Novembre xx93 (1991), Serbie (Sombor)
Maniacal Desirae • 402

« Pauvre Garce »
Voilà comment la plupart définiraient Discorde. Ce n'est pas sans raison, elle est très caractérielle et susceptible. Jamais elle ne raterait une occasion de remettre à sa place ci lui manquant de respect.

Son sang chaud ne la pousse cependant pas à se battre pour n'importe quoi, elle évite d'ailleurs de se battre et règle ses problèmes plus intelligemment. Enfin "intelligemment", si on peut dire ça ainsi.

Crever les pneus d'une voiture, mettre le feu à une maison en prenant bien le soin de faire passer l'incendie comme accidentel, mettre sens dessus dessous l'appart. Voilà comment elle se venge.

Discorde est aussi capricieuse, quand elle veut quelque chose elle réussira à l'obtenir. Ce comportement lui donne un aspect de gamine pourrie gâtée. Pourtant, sait-elle bien qu'elle n'ait jamais roulé sur l'or.

Discorde semble antipathique, dans la rue elle garde toujours un air froid. Mais son assurance, son attitude donne envie de la découvrir. L'humaine a bien des défauts n'agissant que pour elle-même, mentant, se contredisant quand ça l'arrange.

Elle agit de façon à ce que tout tourne en sa faveur. On peut décrire Discorde comme une personne égoïste, égocentrique, perverse, moqueuse mais avec une pointe de charme.

« Si vulgaire qu'elle est fière d'être une pute »
Une tenue constituée d'un tissu de couleur chair légèrement transparent, par-dessus ce tissu couvrant son ventre, sa poitrine ainsi que l'entièreté de son bras droit : des lanières de cuir noir. Celles-ci sont écartées de manière régulière avec chaque fois le même espace entre elles.

Les lanières remontent de sorte à former un collier à Discorde. Aussi vêtue d'une jupe crayon et de cuirasses noires montant presque jusqu'aux genoux, elle a tout pour attirer les regards. Discorde à des gants noirs troués au niveau des doigts pour ne pas couvrir ceux-ci, ils sont également en cuir.

Discorde a la peau très pâle, presque blanche avec de longs cheveux noirs lui arrivant jusqu'aux côtes. Ses épaules et ses hanches sont de la même taille dessinant une silhouette en forme d'un 8 parfait.

Elle a également une gueule d'ange toute mignonne, celle-ci lui donne un air plus jeune qu'elle n'a. Quelques-uns la rajeunissent de quelques années quand elle ne porte pas de maquillage.

Mais, à pars le matin, elle en porte toujours. Du mascara, du fard à paupière noir et les ongles vernis de rouge, parfois noir.




« Do you wanna plau rought? I love so that.
I'm so a good girl and I just want to be hurt »


Comment je suis arrivée ici


« La famille, les pires êtres qui t'entourent »

J'ai toujours vécu avec mon frère, l'ambiance avec mes parents était trop tendue pour qu'Aca et moi puissent continuer à vivre là-dedans. Les cris ne cessaient une seconde, se disputant pour un rien. Un rien qui prenait des proportions énormes. Mon frère était déjà parti quelques fois chez des amis ne revenant pas pendant des semaines, des mois des fois. Lors de son retour c'était encore pire, nos parents voulaient presque le laisser dehors. On savait bien, tous les deux, que ça ne pouvait continuer ainsi. Alors il décida de partir m’emmenant avec lui, sauf que cette fois aucun de nous deux ne comptait revenir.

Il trouva un petit appartement, bon marché et dans un état pas trop déplorable. Il n'y avait pas deux chambres, il était assez petit mais peu importe qu'il ne soit pas luxueux. Nous voulions partir alors nous n'hésitions pas une seconde sautant sur l'occasion. C'était mon frère qui c'était chargé de tout, de trouver l'appart' et évidemment de le payer car je ne travaillais pas. J'ai toujours été très proche de mon frère, trop proche pour nos parents. Ils voyaient bien que notre relation n'était pas normale, elle était plus poussée que l'amour qu'on peut se porter entre frère et sœur. C'était l'objet principal des disputes, enfin pas vraiment. Quand les disputes devenaient trop importantes ils fonçaient sur ce sujet pour répliquer plus fortement que nous. C'était mettre l'huile sur le feu.

Nous étions cependant resté à Sombor, c'était plus pratique et moi coûteux que de changer de pays. Aca travaillait beaucoup mais ne savait me faire bosser, c'était souvent difficile de me motiver à travailler pour le collège. Je me foutais des cours, donc je ne travaillais pas et ce n'était pas mon frère qui réussissait à m'en dissuader. Il essayait mais en vain, cela donnait quelques disputes comme résultat. Il ne cessait de dire que je finirais à la rue si je ne travaillais pas au collège. Ça avait le don de m'énerver plus que tout. il commençait à avoir le discours des parents et je ne le supportais pas. Aca était mon frère, pas mon père !

« Un départ »

Quelques années ont passées, Aca ne me lâchait toujours pas au sujet du travail. Mais malgré les disputes que ce petit sujet provoquait entre nous, nous nous aimions toujours autant. Mais j'avais pris la sale habitude de l'énerver autrement, je ne rentrais plus à des heures normales mais refaisais apparition vers minuit, voir trois ou quatre heures du matin alors que je continuais le lycée. Enfin continuait, à cause de mes heures que je passais dehors j'étais souvent bien trop fatiguée pour aller encore suivre des cours. Écouter des profs et rester assise sans rien faire pendant des heures, autant dormir. De toute façon c'était ma dernière année de lycée, donc autant ne pas la faire pour après arrêter légalement.

Mon frère cherchait sans cesse à savoir qu'est-ce que je faisais dehors pendant des heures. Je refusais à chaque fois de lui dire, je voulais juste qu'il me lâche. Dans ses colères j'y percevais de la peur, il avait peur que je me foute en l'air. Il était bien trop protecteur, je voulais faire tout et n'importe quoi, quand je le désirais sans que mon frère m'en empêche. Je comptais partir vivre seule, je l'aimais mais il commençait à me prendre bien trop la tête avec les études. Mais pour cela je ne pouvais pas me permettre de partir sur un coup de tête et sans argent, il fallait d'abord en récolter et après partir sans se soucier de quoi que ce soit.

Ces heures que je passais dehors, je me prostituais et gagnais beaucoup en peu de temps. J'essayais d'être plutôt discrète allant dans des coins salement réputés comme sac à drogués, d'autres putes et des salles gosses, le genre à casser des voitures, loin d'êtres bosseurs et foutre simplement leurs merdes un peu partout. Tous mes actes je les faisais derrière mon frère, il se doutait bien de quelque chose mais peu importe. Tant qu'il ne me séquestrait pas et que je pouvais continuer mes petites affaires, je réussissais à ne pas prendre compte de ses dires.

Rapidement je pus partir, ce que je fis sans dire quoi que ce soit. J'arrivais à Phantasmagoria, dans un quartier nommé Maniacal Desirae. Je pris rapidement mes marques continuant ce que je faisais autrefois pour gagner de l'argent, je réalisais que je m'étais contrainte à faire ça de ma vie. Mais, de toute façon ce n'était pas si mal. Le business de la prostitution était de toute façon assez plaisant pour moi. Je gagnais rapidement, c'est tout ce qui m'importait. Tant que j'avais assez d'argent pour vivre sans patauger, ça me convenait.

Je ne connais pas encore la ville parfaitement mais je sais que je suis tombé dans un sale lieu, là où il y a nombreux meurtres et disparitions. Mais je reste. Inconsciente du danger ? Peut-être. Je dirai cependant plus que rester est comme un défi que je veux relever. Pour le moment j'ai déjà une certaine réputation, de la meilleure à la plus mauvaise. J'ai quelques fois entendus mon nom prononcé par des clients ainsi que d'autres qui me décrivent comme une zoophile. Cela m'amuse presque, j'ai une sale réputation mais ce qu'ils inventent me fait plus rire qu'autre chose. Car je m'en fous, seule moi sait ce qui est vrai ou faux après tout.



" mise à disposition des mineurs interdite (article 227-24 du code pénal) "
© Phantasmagoria 2010 - 2017 • Tous droits réservés : copie partielle et/ou totale strictement interdite !